Données disponibles et utilisables : un risque exponentiel ?

 L’importance reconnue aux données. Elle est à la base de la révolution digitale à laquelle fait face l’intelligence économique dès son origine. Quand les données exploitables pour créer de l’intelligence étaient rares, la pertinence reconnue à leur interprétation reposait pour une grande part sur l’expérience et l’intuition souvent redevable à son origine HIPPO – « the Highest-Payed-Person’s-Opinion » – comme on avait coutume de la désigner. Au fur et à mesure que le volume de données collectées a grandi, cette question de la pertinence ou de la qualité de l’interprétation s’est radicalisée. Qui garantit le mieux la valeur ? : l’origine HIPPO ou le savoir-faire pour poser la bonne question aux données disponibles ? La méthodologie « from producer to shooter » qui shunte le raffinage des données avant de les livrer à l’interprétation du décideur a pris de l‘ascendant au fur et à mesure de l’accroissement du volume des données disponibles. Un chiffre simplement : en 2012, 2,5 exabytes de données ont été créées par jour et un exabyte c’est un milliard de gigabytes, chiffre sensé doubler tous les quarante mois. Face à de tels volumes la question est entendue. Pour ce qui concerne l’intelligence économique elle signifie la révolution du Big Data.

See on blogs.lesechos.fr