IF ça va ? THEN oui et toi. Les algorithmes de la routine.

Moteurs et réseaux sociaux continuent leur mue. D’abord simples retour à la liste au sens de Goody, ils sont progressivement devenus capables de recommandation, de prescription, nous offrant des réponses avant même que nous n’ayons eu l’idée deposer la question. L’enjeu est d’importance à l’échelle de l’ensemble de la société puisque ces protocoles, ces routines informatiques guident désormais l’essentiel de nos vies. Pas une activité qui ne soit exposée à d’algorithmiques prescriptions, du choix d’un DVD pour Noël à celui d’une partenaire sur un site de rencontre.

Du côté de l’information et des sites de presse, le premier round s’était focalisé autour de la capacité à capter l’attention et à générer du trafic. On se souvient des questions du référencement dans Google News, des titres qui avaient dénoncé le monopole attentionnel constitué par Google News et avaient décidé d’en sortir avant de n’avoir pas d’autre choix que d’y revenir finalement. Aujourd’hui c’est une nouvelle routine algorithmique, le « safe search » qui sonne la fin du 2ème round, obligeant la presse à s’auto-censurer pour ne pas risquer d’être absente des listes du moteur tel mot-clé risquant de ne pas passer la barrière linguistique dudit « safe search ».

See on affordance.typepad.com