Le chargé de veille face à la mort (de ses outils)

Il est neuf heures du matin. La plupart des travailleurs sont déjà au bureau. Pas le chargé de veille. Comme trop souvent, il est endeuillé, et se demande si la vie a encore un sens. Enroulé dans ses couvertures, la bouche pâteuse et le crâne douloureux, il n’a pas dormi. Sa nuit, il l’a passée…

Sourced through Scoop.it from: ieetudiants.wordpress.com