Les secrets de la prospective par les signaux faibles par Philippe Cahen

Rassembler 10 ans de Lettres des Signaux Faibles, qu’a régulièrement fait paraitre Philippe Cahen chaque mois, n’a d’intérêt qu’en y relevant les tops et les flops. Et le résultat est étonnant. Tout d’abord, il y a des flops comme celui magnifique de miser en 2008 sur la hausse du prix du pétrole, liée à son déclin de production : flop total. Et puis il y a des tops comme celui d’imaginer en 2004 ce qui va devenir les Google Glasses ou de miser en 2006 sur les micro usines en voie d’apparition depuis 2011.

Fort de cette lecture de signaux faibles, il est évident que la prospective se lit dans le présent.

See on smartfutur.blogspirit.com