L’intelligence économique en PME, entre rêve et réalité

Voici une étude un peu iconoclaste qui, en matière de market intelligence, met en évidence le décalage entre les points de vue des universitaires et autres théoriciens et ceux des praticiens et chefs d’entreprise en TPE et PME. Elle a été rédigée en 2012, en Australie, à la Sydney Business School de l’Université de Wollongong par Pauline Ross et s’intitule « A comparison of theory and practice in market intelligence gathering for Australian micor-businesses ans SMEs » (http://tinyurl.com/pn3ghu2).
Le constat principal de l’étude est somme toute que, contrairement aux discours des auteurs, les petites entreprises ne sont pas des grandes entreprises en petit. Amoins que les fautifs soient ceux qui, par cupidité ou paresse, récupèrent des travaux destinés aux grandes entreprises pour les appliquer aux PME. En gros, l’étude met en évidence le décalage entre les diktats théorisés en chambre et les réalités de terrain.
L’étude nous propose 4 constats principaux:

  • la réalité décrite dans la littérature ne correspond pas à celle de terrain
  • les PME ne sont pas familières avec le terme market intelligence (et tous ses avatars, competitive intelligence, business intelligence…)
  • les PME s’adonnent à des activités de market intelligence à la suite de crises
  • les PME n’identifient pas les activités de market intelligence comme des activités spécifiques

See on blog.euresis.com