Un tas de briques n’a jamais fait une construction (réflexion à propos de la veille et du droit d’auteur) – EURESIS

« Je souhaite abonder dans son sens en constatant que la problématique des droits d’auteur est surtout une épine dans le pied de ceux qui se focalisent sur la dimension documentaire de la veille, en délaissant la dimension informationnelle. Ils collectent, archivent, organisent… des (extraits de) documents (lesquels sont soumis au droit d’auteur qui, pour rappel, ne protège ni les idées ni les informations mais bien leur expression, c-à-d les documents) et en transmettent une sélection à leurs abonnés, sans trop s’inquiéter de la redondance. A charge pour ces derniers d’en extraire les informations qui les intéressent et de leur donner du sens. Finalement, ces systèmes nous invitent à évaluer la qualité au poids (à l’instar des systèmes statistiques qui suivent les réseaux sociaux).


Plus grand est le nombre de documents dans lesquels apparaît une information, plus elle est importante. Plus grande est la base documentaire de l’entreprise, plus elle est riche… On sait pourtant bien que ce n’est pas vrai! Un tas de briques n’a jamais fait une construction… »

Sourced through Scoop.it from: blog.euresis.com

Une réflexion au sujet de « Un tas de briques n’a jamais fait une construction (réflexion à propos de la veille et du droit d’auteur) – EURESIS »

Les commentaires sont fermés.